Partagez | 
 
 JUNE KAWANA ▲ macchiato girl
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

PSEUDO : Ko'
MESSAGES : 21

MessageSujet: JUNE KAWANA ▲ macchiato girl   Dim 5 Mai - 20:47


KAWANA JUNE

« Caffeine isn't a drug, it's a vitamin ! »





JOUEUR : t'es qui derrière ton ordi ?

KOALA

ÂGE ϟ 19 ½ y.o
SEXE ϟ féminin
ACTIVITÉ ϟ 6/10
REMARQUE ϟ OMG coeur

CARTE D’IDENTITÉ : montre moi tes dents



NOM ϟ kawana
PRÉNOM ϟ june
SEXE ϟ féminin
ÂGE ϟ 21 y.o
NAISSANCE ϟ 5 novembre
NATIONALITÉ ϟ anglo-japonaise
ORIENTATION ϟ hétéro
PROFESSION ϟ serveuse / étudiante (langues)
GROUPE ϟ En-Haut


CARACTÈRE



Il n’existe aucun mot pour définir entièrement le caractère de June car celle-ci possèdent différentes facettes. En effet, selon les jours, la demoiselle peut être à la fois amicale ou complètement asociale voire très agressive. Dans tous les cas, celle-ci arborera un petit sourire en coin ou une moue boudeuse aidant son entourage à savoir alors si on peut l’approcher ou non.

Dans ses jours heureux, on peut l’entendre chantonner dans les rues un paquet de gâteaux dans la main. Elle ne pourrait jamais se passer des gâteaux ou de n’importe quelles autres choses succulentes qu’elle peut trouver, c’est pourquoi il vaut mieux planquer rapidement, lorsqu’elle est dans les parages, sa nourriture ou la mettre en hauteur pour que la demoiselle ne puisse pas l’engloutir.

June est quelqu’un de très loyale et très attachée en ce qui concerne l’amitié: lorsqu’elle fait une promesse, elle la tient jusqu’au bout ; si un ami a un problème, elle accourra aussitôt, l’amitié est quelque chose de fort chez elle c’est pourquoi si jamais quelqu’un ose la trahir, elle risque de le prendre très mal et de se venger par la suite. Malheureusement pour vous, on ne pourra jamais deviner comment la demoiselle va réagir face à une parole ou action, vous devriez donc réfléchir avant de parler ou d’agir en sa présence car vous pouvez vous faire une très mauvaise ennemie.

Malgré son âge et sa bouille, elle ne se laissera jamais marcher sur les pieds. Elle est capable de se défendre et peut se ruer sur n’importe qui lorsqu’elle est poussée à bout. Elle déteste tout particulièrement les personnes qui se croient supérieures à elle, qui la rabaissent ou la contredisent à tout bout de champ ou encore ceux qui ont de l’argent et qui aiment le montrer. Évidemment, lorsque celle-ci sera face à quelqu’un de plutôt robuste, elle finira à coup sûr avec quelques blessures (voir à l’hosto). Toutefois, on peut penser que c’est par paresse, June se met très peu en colère, préférant adopter une attitude je-m’en-foutiste qui peuvent irriter certaines personnes ou simplement méditer sur sa vengeance et la mettre en place lorsqu’elle en aura envie. Néanmoins, il peut lui arriver de péter son câble aussi de temps en temps dû à un manque important qu’elle ne puisse pas satisfaire : la caféine. Elle peut alors martyriser une pauvre victime qui venait seulement la saluer. Elle s’armera alors de tout ce qui se trouve à sa portée : ongles, poings, talons, barre de fer …

Cette furie passagère peut ensuite laisser place à un caractère rêveur. Elle aime beaucoup squatter les toits pour admirer les nuages qui ressemblent à de gros cotons tout doux. La demoiselle a gardé une partie de son âme d’enfant et elle est encore persuadée que les créatures imaginaires existent. Elle a toujours pensé que chaque chose qu’elle perd est en fait récupérée par ces petits êtres. Son air rêveur peut avoir quelques conséquences dans sa vie quotidienne. En effet, il lui arrive parfois de se casser la gueule alors qu’elle pensait à autre chose, elle peut aussi laisser tomber les objets qu’elle a dans la main lorsqu’une personne l’appelle ou casser tant d’autres choses.

Pour revenir aux êtres, ceux-ci n’existent pas (peut-être pas). En vérité, June perd ses affaires car elle est juste totalement bordélique et ne fait pas du tout attention à celles-ci. Elle laisse tout trainer n’importe où et déteste ranger. June est une glandeuse, si elle n’avait pas son boulot et un frigo vide, elle glanderait bien sur les toits de la ville toute la journée, laissant peu à peu s’empiler toute sorte de choses dans son appart au grand dam de ses proches. Elle a même tendance à essayer de refiler le sale boulot pour que quelqu’un le fasse à sa place, vous suppliant au téléphone de le faire ou inventer une excuse bidon, et si jamais elle ne trouve personne, elle s’en occupera avec l’énergie d’un poulpe rampant sur la terre ferme. (Sans les tentacules)

A cause de cette paresse, la demoiselle n’aime pas courir pour rien, elle hait le sport. Si elle est en retard, elle continuera de marcher sereinement dans la rue, elle s’arrêtera même dans une boulangerie pour s’acheter une pâtisserie pour la route. Le réveil est, tout comme le sport, une dure épreuve pour elle, elle émerge lentement en restant plusieurs minutes (voire heures) dans la salle de bain, son café à la main ; pas besoin de vous dire que vous ne devez pas entrer en contact avec elle durant cette période à moins que vous ne vouliez faire un séjour à l’hôpital.

A chaque débordement, il suffira, en général, de la priver de café ou de la plaquer au sol pour que celle-ci s’arrête et boude comme une gamine. Car, le café c’est sacré. Sans ça, elle ne pourrait ni réfléchir ni parler.

Malheureusement comme chaque être humain, June possède quelques faiblesses tel que l’eau, le vide et l’alcool, oui parce l’alcool aussi cey le bien même si celle-ci ne tient absolument pas. Sinon, il est alors hors de question qu’elle monte dans un building avec une grande baie vitrée ou encore dans une grande roue (à part si vous voulez vraiment qu’elle s’accroche à vous, bande de pervers), si le coup de la grande roue ne marche pas, vous aurez peut-être votre chance avec une virée en bateau. Mais achetez-lui une bouteille d’alcool et vous deviendrez les meilleurs potes au monde. Sa plus grande phobie est l’orage, à chaque fois, on peut la retrouver dans son armoire toute tremblotante ou sous une tonne de couverture, elle acceptera alors n’importe quelle aide qui lui vienne, même s’il s’agit de son/sa pire ennemie.

Bref, la métisse est quelqu’un qui n’accordera pas sa confiance à n’importe qui, légèrement gamine sans l’admettre, elle passera son temps à défier l’autorité tout en tentant d’échapper à ses devoirs ou à voler de la nourriture pour grignoter tout en se reposant, café dans la main oblige, dans des endroits calmes.


HISTOIRE : raconte-nous tout

« Should I kill myself, or have a cup of coffee ?»




« - Dis Papa, elle est où Maman ?
- Elle est partie.
- Pourquoi ?
- …
- Papa … Pourquoi tu pleures ?
- … »

Ma mère faisait en quelque sorte partie de moi. Elle était plus qu’une mère. Elle me permettait de survivre. Je l'avais perdue. A tout jamais.

Baby J.K
Cette partie de ma vie. Personne ne doit la connaître. Je n’étais qu’une petite fille, innocente, pure, surprotégée par sa mère. Née dans une famille anglo-japonaise qui avait les moyens, je suivais des règles précises dictées ma grand-mère légèrement tyrannique. Plusieurs chemins s’offraient à moi. Musique classique. Peinture. Médecine. Femme d’affaire. Tellement de choix. L’accident de ma mère me changea totalement. La jolie petite June fut anéantie, perdue, découvrant à l’âge de sept ans ce qu’était réellement la vie. Mais, elle devait trouver sa voie, ne pas être engloutie par la société même si quelque chose dans son cœur l’empêchait réellement d’avancer.

Maman. J’ai énormément changé, tu sais.

Papa & J.K
Le plus souvent, le parent restant soit sombre dans l’alcool, soit se trouve une personne inconnue que l’on devra appelée « Maman » et finit par t’oublier, t’ignorer pour perdre toute trace de celle qu’il a tant aimée. C’est ce que la jeune fille que j’étais a vécu.

Il a fallu qu’il la rencontre, une pétasse blonde décolorée qui se cachait derrière son maquillage. Elle est rentrée dans ma vie et n’en est jamais ressortie. Papa est ensuite redevenu l’homme qu’il était : Genji Kawana, le business man japonais avec son sourire parfait, et m’a peu à peu mise à l’écart. Ma grand-mère ne comprenait pas ce que je ressentais et continuait de m’éduquer. Mais la pression était trop grande.
Je décidai donc de m’envoler de mes propres ailes malgré les nombreuses protestations du côté japonais, menaçant de me renier si je ne devenais pas rapidement une grande Kawana. Je leur avais claqué la porte au nez, embarquant un peu d’argent, et avait décidé de retourner dans la ville de naissance de ma mère : Londres.

Est-ce que je te retrouverai là-bas ?

Letter
J’avais donc continué mes études à Londres mais pas dans une grande école au grand dam de ma famille qui, de toute façon, ne me parlait plus pour mon plus grand plaisir. Non, une simple faculté de langues me suffisait ainsi qu’un métier de serveuse pour ne pas être à la rue.
Mais parfois, la vie vous rattrape encore une fois. On tombe amoureuse de la mauvaise personne, on découvre le vrai visage de ses ‘amis’, on devient seule, votre patron vous harcèle, vous ne comptez plus vos heures de sommeil, votre loyer tombe, vous séchez les cours de plus en plus et commencez à prendre un peu trop goût aux Mojitos.

Et voilà qu’un beau jour, une lettre étrange atterrit dans votre boîte aux lettres. Boite aux lettres que je ne regardais qu’une fois par semaine en général voire moins vu mes dettes qui s’accumulaient. Mais durant cette journée, j’avais eu cette obsession de devoir l’ouvrir. J’avais donc pris cette lettre et l’avait lue. Au début, je pensais que ce n’était qu’une blague et l’avait reposé pour finir mon café. Au lieu de la jeter, je l’avais relu, plusieurs fois, ainsi que ses instructions. Elle était signée par un mystérieux Rhadamanthe, roi de la ville d'En-Bas. Ce nom faisait rêver. Étant une grande lectrice d’histoires fantastiques, mon esprit dériva.

Elle disait que je devais me rendre à Orne Passage aux environs de Westminster. N’ayant rien d’autre à faire, je les avais suivies. J’étais rentrée sans ticket dans le métro, ouest, droite, gauche, droite, feu rouge puis étais restée un moment sans bouger sous la pluie en me rappelant de cette phrase bizarre : « ensuite, tournez trois fois sur vous même dans le sens rétrograde. » J’avais exécuté les instructions, tournant lentement sur moi-même en frissonnant. Si quelqu’un m’avait vu, il m’aurait pris pour une conne. Je reniflai à cause du froid puis fixa le mur. Quelque chose était apparue comme par magie. Non pas de la magie, un miracle. Une minuscule porte, que j’ouvris aussitôt. Je m’y étais glissée et étais descendue par une échelle avec la souplesse d’un éléphant. Puis un couloir que je vis à peine, mon esprit complètement déconnecté de la réalité, une autre porte, j’avais posé ma main sur la poignée avec un sentiment étrange. Ce sentiment de ne plus pouvoir revenir en arrière. Je n’avais pas regardé derrière moi. La porte s’ouvrit et la ville d’En-Bas m’apparut.
J’avais trouvé ma voie.

Adieu, maman.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

PSEUDO : Polys.
MESSAGES : 162
JOB : Roi d'En-Bas.

MessageSujet: Re: JUNE KAWANA ▲ macchiato girl   Mar 7 Mai - 10:23
Bienvenue June ! C'était super agréable de lire ta fiche, en plus je me reconnais un peu dans les réveils difficiles de June et le fait de ne rien faire pour rattraper le retard accumulé (ah ! *soupire*). En tout cas tout est parfait, tu es donc validée ! Amuse-toi bien et pense à faire recenser ton avatar. coeur
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverwhere.forumactif.fr
 
JUNE KAWANA ▲ macchiato girl
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» London Stiller...she's a special girl
» Heartbreaker version girl [Finish]
» ♪ Who's that girl ♪
» June Dorothée McCarty (: [OVER]
» A sweet girl and two bad boys [Kity & Jack]
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ NEVERWHERE :: ☑ Personnages validés-