Partagez | 
 
 All you need is love ∇ Arthur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

PSEUDO : Kendall
MESSAGES : 2
JOB : Agent d'Interpol
ÂGE : 26

MessageSujet: All you need is love ∇ Arthur    Lun 10 Juin - 15:24


Arthur Hewson

we should be lover, and that's a fact





JOUEUR : t'es qui derrière ton ordi ?

Kendall


ÂGE ϟ 21 ans \o3o/
SEXE ϟ Tous les jours /paf
ACTIVITÉ ϟ 5/10
REMARQUE ϟ Il faut maltraiter Pixie.

CARTE D’IDENTITÉ : montre moi tes dents




NOM ϟ Hewson. Rien de très particulier comme vous le voyez.
PRÉNOM ϟ Restons dans l'original -oopah-, je me nomme Arthur. On évite les surnoms ridicule par pitié.
SEXE ϟ Pas si souvent si on réfléchit bien. Oh, vous voulez mon genre. Pardon, je suis un homme.
ÂGE ϟ J'ai 26 ans.
NAISSANCE ϟ Le dix juin.
NATIONALITÉ ϟ Je suis né à Londres et j'ai très rarement quitté le pays.
ORIENTATION ϟ J'aime les femmes. Pourquoi est ce que cela à l'air de vous surprendre ?
PROFESSION ϟ Je suis agent d'Interpol.
GROUPE ϟ En-Haut.

CARACTÈRE




Arthur est souvent différent en fonction des personnes qu’il côtoie. Il est toujours lui-même tout en sachant tout à fait s’adapter aux différentes situations.

Maman ; « Quand il était enfant, Arthur était un petit garçon assez éveillé. Il aimait courir partout et sauter. Il était débrouillard et essayait toujours de faire de son mieux. Je me souviens encore ce jour ou son grand-père lui a offert l’anthologie complète des aventures de Sherlock Holmes, il sautait partout. Il adorait déjà ce dessin animé japonais… Comment s’appelait déjà... Détective Doyle ? Détective Holmes ? Ah non je me souviens ! Détective Conan ! Il aimait beaucoup ça ! Il a toujours été assez éveillé. Alors je savais qu’il me rendrait fier de lui. Malheureusement, il a dû me protéger plus qu’autre chose lorsque son père est parti… Et oui, je ne suis pas quelqu’un de futée, alors je suis tombée sur tout type d’homme. Alors c’est lui qui a fini par s’imposer comme l’homme de la maison. Je me rappelle quand il a eu treize ans, il s’est mis entre moi et mon petit ami du moment pour qu’il ne me frappe pas… Ah Arthur... »

Istrid ; « Arthur ? C’est un très bon ami à moi oui. Pourquoi ? Ah son caractère… *rire* Mon dieu. C’est une de ces têtes de mule. Non mais je vous jure, plus borné ça ne doit pas exister ! Il est comme l’apôtre là, il ne croit que ce qu’il voit. C’est assez chiant dans un boulot comme le nôtre. Oui, on est censé se baser sur des faits et non des spéculations. Mais si on ne spécule pas, comment on peut imaginer qui aurait commis le délit ou le crime sur lequel on enquête ? Bah voilà. Il y a des fois où j’ai juste envie de lui coller des baffes. Par exemple l’autre fois, il sortait avec cette pimbêche là. Diana. Grand, blonde, 95C. Il ne s’occupait pas d’elle mais est-ce que c’était une raison pour le tromper ? Non hein. Bah elle l’a fait quand même. Je l’ai vue. Mais Arthur n’a pas voulu y croire jusqu’à ce qu’il le voit par lui-même. Et il ne s’est même pas énerver. A croire qu’il n’avait pas de sentiment pour elle. C’est possible d’ailleurs… Je ne l’ai jamais vu tenir une relation plus de deux mois. Surement à cause de son implication dans le boulot. Il est à fond dedans, ça fait peur… »

Bernard ; « Le jeune Arty… Ah je l’aime bien ce petit bout. Il passe à mon bar assez souvent après une enquête. J’suis un peu devenu son confident malgré moi. Mais ça m’gêne pas, il est jamais saoul. La plus part du temps il se contente de fixer le même verre toute la soirée en se vidant l’esprit. Il a beaucoup de chose dans la tête. Comme le fait qu’il pense que les flics sont tous des pourris. C’est étrange venant de lui… Peut-être préférerait-il devenir détective privé ? Il parlait beaucoup d’Holmes. J’suis pas littéraire moi, je n’ai pas lu Sherlock,  j’ai juste vu les films. Mais je dois avouer que ce serait tentant d’être  ce genre de défenseur de la justice ! Il s’est aussi lamenter sur sa vie amoureuse. Apparemment il n’a jamais aimé. Je crois qu’il met la barre trop haute. Il veut la passion. Celle qui consume. Sauf que ça arrive rarement ces choses-là. Je pense qu’il devrait arrêter de vivre sa vie dans des romans et qu’il devrait redescendre sur terre. Enfin moi ce que j’en dis… »
HISTOIRE : raconte-nous tout

EN UN MOT : MA VIE.




L’an 0 ; Un homme rencontre une femme. C’est souvent comme ça dans les histoires d’amour. Enfin l’amour, qu’est-ce que c’est réellement ? C’est cette question que se posait Hemmah. Oui, oui, Hemmah. Pas Emma, ou Hannah. Non, un mélange des deux. Hemmah. Toujours est-il que cette demoiselle est fleur bleue, elle croit en l’amour. Celui qu’on voit dans La belle et la bête. C’est pour ça qu’elle ne se méfie pas des hommes. Et celui-là l’a mise enceinte. Il a assumé, quelques années.

L’an 3 ; Arthur est donc né. Sa mère lui a donné de l’amour, le plus pur. Son père… Il est partit. Il l’a aimé, bien sûr. Mais il n’avait pas les épaules pour supporter une famille. Trop jeune. Alors Hemmah éleva son fils seule, lui donnant tout l’amour maternel dont elle disposait. Elle n’a jamais été une mère castratrice, au contraire. Elle l’a toujours poussé à accomplir ses rêves et ses envies. Un peu trop parfois. Mais Hemmah avait l’avantage d’avoir des parents adorables. Ils l’aidèrent avec Arthur et posèrent eux-mêmes les limites. Très vite, le bambin se rapprocha de son grand père.

L’an 7 ; Il avait besoin d’une figure paternelle. Il adorait sa mère mais le papy, c’était différent. Ils allaient à la pêche, jardinaient, lisaient. Oui, c’est son aïeul qui lui donna le goût à la lecture. Arthur était un gosse débrouillard comme les autres. Et il est bien connu que les enfants n’aiment pas lire. Sauf lui. Il dévora la plus part des livres de la bibliothèque de son école. Et puis, son grand-père lui lisant des romans policiers. Sherlock Holmes, Hercule Poirot, Harry Bosh, Myron Bolitar et d’autres. Tous les auteurs, classique ou contemporain y passaient. Même si les classiques restaient les préféré de Jaimie, son grand-père, et d’Arthur. Son grand héro ? Sherlock Holmes. Son rêve d’enfant ? Être écrivain.

L’an 13 ; Pour son anniversaire, Papy et Mamy ne se sont pas moqués de lui. Arthur a reçu une anthologie complète des aventures de son cher Sherlock. Heureux comme un pou, il embrassa sa famille et s’enferma dans sa chambre une énième fois pour se plonger dans l’univers de Conan Doyle. Pendant ce temps-là, sa mère avait trouvé un emploi de secrétaire dans un cabinet médical. Elle avait également trouvé un homme. Qui, comme tous les autres, se fichaient d’elle. Elle finit par se faire frapper une fois par cet homme. La seconde, elle y échappa grâce à son fiston. Il réussit à se débarrasser du gêneur et promis à sa mère qu’il prendrait toujours soin d’elle.

L’an 15 ; Les meilleurs partent en premier. Ce n’est pas qu’un simple adage, Arthur l’a vérifié. Il enterre son grand père cette année-là. Pour lui rendre hommage, Arty lui cite un passage de Sherlock Holmes. Quel livre ? Le problème final. Élémentaire mon cher Watson.
« Mon cher Watson, disait-il, c’est grâce à la condescendance de M. Moriarty que je vous écris. Il veut bien attendre mon bon plaisir pour le règlement final de la question pendante entre nous. Il vient de me donner un aperçu du « truc » qui lui a permis d’échapper à la police anglaise, et de ne pas perdre un seul de nos mouvements. Ce « truc » ne peut que confirmer la haute opinion que j’avais de son talent. Je suis heureux de penser que je vais délivrer la société de sa présence et, en même temps, de ses méfaits ; mais je vais probablement payer cette bonne action d’un sacrifice qui affligera mes amis et surtout vous, mon cher Watson. Je vous ai expliqué que ma carrière avait dans tous les cas atteint son apogée, et que ce dénouement ne me causait aucune surprise. J’étais bien convaincu, je vous l’avoue, que la lettre envoyée de Meiringen nous tendait un « piège » et je vous ai laissé partir pour votre mission, sachant parfaitement ce qui allait se passer. Dites à l’inspecteur Patterson que les papiers dont il a besoin pour condamner la bande se trouvent dans la case M, enfermés dans une enveloppe bleue sous le titre : « Moriarty ». Avant de quitter l’Angleterre, j’ai disposé de tous mes biens en faveur de mon frère Mycroft. Présentez mes hommages à Mme Watson et croyez-moi mon cher ami, votre très sincère… Sherlock HOLMES. »
«  Tu étais Sherlock et moi Watson, et tu me manqueras autant qu’à lui. »

L’an 16 ; Il se rend compte que l’écriture n’est pas fait pour lui. Il ne peut pas rester assis derrière un bureau sans agir. Alors il décide d’entrer dans la police. Sa mère l’encourage et sa grand-mère lui affirme que Jaime serait fier de lui. Il passe son diplôme de fin d’étude à 17 ans et entre à l’école de police après avoir été pris au concours. Il avait toujours été bon élève, ce n’est donc pas étonnant qu’il ait été pris si facilement.

L’an 20 ; Il est maintenant officier de Scotland Yard. Il pense avoir atteint son but. Malheureusement, il déchante bien vite en voyant la société dans laquelle il vit. Les enquêtes qui lui ont été confiée se sont bien déroulées mais elles lui ont fait perdre le goût en la nature humaine. Et même en la police. Ou sont passées les enquêtes de ses héros ?

L’an 25 ; Cinq années se sont écoulée durant lesquels Arthur est devenu aigris à propos de son métier. Les flics sont pourris jusqu’à la moelle pour la plus part, le reste sont des incapables. Il se démène pour garder un peu de confiance en son métier et c’est grâce à cela qu’il est envoyé à Interpol. Il peut être utilise au monde entier qu’ils disent. La réponse de l’intéressé ? « Conneries ! »

L’an 26 ; Il rentre chez lui ce soir-là. Et il voit cette lettre coincée dans sa porte. Il la déplie et croit d’abord à une mauvaise blague. Puis, il est piqué par la curiosité. Il se souvient aussi d’Holmes, qui ne laisse rien passé. Il s’en va donc, son Glock  17 à la ceinture, un paquet de cigarette dans la poche et ses clés dans son jean. Il vient d’arriver, ne comprend pas trop ce qu’il se passe. Il exécute les indications de la lettre, trouve la porte et descend. Il manque de se tuer plusieurs fois mais parvient finalement en bas. Dans le dernier couloir, il manque de rebrousser chemin. Mais une petite voix lui chuchote qu’il n’a pas fait tout ce chemin pour rien. Alors il continue. Et qu’est-ce qu’il découvre ?
« En bas ! »
« Comment tu le sais ? »
« Elémentaire, mon cher Watson. »


Dernière édition par Arthur Hewson le Sam 15 Juin - 23:15, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

PSEUDO : Kendall
MESSAGES : 2
JOB : Agent d'Interpol
ÂGE : 26

MessageSujet: Re: All you need is love ∇ Arthur    Sam 15 Juin - 22:32
Un petit mot pour dire que j'ai finis. J'ai aimé écrire cette fiche, j'espère qu'elle respectera le personnage !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

PSEUDO : Polys.
MESSAGES : 162
JOB : Roi d'En-Bas.

MessageSujet: Re: All you need is love ∇ Arthur    Dim 16 Juin - 12:12
Bienvenue Arthur ! Tout d'abord merci merci merci d'avoir pris ce personnage prédéfini. coeur J'espère que tu t'amuseras bien avec, car en tout cas ta fiche est parfaite et super agréable à lire. Je te valide avec plaisir !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverwhere.forumactif.fr
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: All you need is love ∇ Arthur    
Revenir en haut Aller en bas
 
All you need is love ∇ Arthur
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 

 Sujets similaires

-
» Absolarion Love.
» Love me now or hate me forever!
» Un article pour le Roi Arthur !!!
» « CENTRAL PARK » New York i love you .
» Love et Story
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ NEVERWHERE :: ☑ Personnages validés-