Partagez | 
 
 « L’intérêt que j’ai à croire une chose n’est pas une preuve de l’existence de cette chose. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
avatar

PSEUDO : Au bon beurre
MESSAGES : 16
JOB : Acteur

MessageSujet: « L’intérêt que j’ai à croire une chose n’est pas une preuve de l’existence de cette chose. »   Ven 17 Mai - 9:40


ANDREW JACKSON RYAN

Chez vous l'esprit tue l'âme, comme le raisonnement y tue la raison.





JOUEUR : t'es qui derrière ton ordi ?

TONS OF PSEUDO

ÂGE ϟ 19 ans. Krkrkr.
SEXE ϟ Plutôt grand. éoè
ACTIVITÉ ϟ Je fais en fonction du forum, en général. D8
REMARQUE ϟ Moi, je vous aime déjà tous. Bonne ambiance sur la box, en plus. Ne rien changer. ♥

CARTE D’IDENTITÉ : montre moi tes dents



NOM ϟ Ryan.
PRÉNOM ϟ Andrew.
SEXE ϟ Masculin.
ÂGE ϟ Dix-neuf ans.
NAISSANCE ϟ Dix-sept juin.
NATIONALITÉ ϟ Angleterre.
ORIENTATION ϟ Hétérosexuel.
PROFESSION ϟ Etudiant en art, le théâtre reste sa grande passion.
GROUPE ϟ En-Haut.


CARACTÈRE





Andrew est un rôle. Andrew est un mensonge. Andrew est un menteur. Andrew est un rêveur. N'avez-vous jamais rêvé de pouvoir être la personne que vous avez toujours voulu être ? Vous êtes-vous déjà enfoncé un mensonge si profondément dans votre esprit qu'au final, le mensonge était votre propre identité ? Andrew ne joue pas avec l'esprit des autres. Andrew n'est pas un manipulateur. Andrew ne se joue pas de toi, Andrew se joue de lui-même. Andrew est un passionner. Andrew aime le théâtre et les personnages qui l'habitent. Andrew les aime tellement qu'il est devenu impossible pour lui d'aimer la personne qu'il était. Alors, Andrew joue un rôle. Plutôt que d'accepter de n'être personne, Andrew a décidé d'être tout ce qu'il voulait être. En apparence, Andrew est froid et cynique. En apparence, Andrew est intouchable, mais sait très bien comment toucher les gens. En apparence, Andrew n'a pas de coeur, mais sait très bien où est le tien. En vrai, Andrew est sensible et peureux. En vrai, Andrew est faible et incapable de gérer ses propres émotions. Andrew a passé sa jeunesse dans l'ombre de ses frères, incapable de se faire remarquer. Andrew a passé sa jeunesse à être le fantôme de ce que ses parents auraient voulu pour lui. Andrew ne pouvait être compris que de ses livres et pas de son miroir.

Le temps passait et Andrew le regardait passer. Andrew, est-ce que tu aimes vraiment cette vie ? Non Andrew, tu n'aimes pas ça. Oui Andrew, tu as une solution. Andrew, tu vas jouer un rôle. Tu vas prétendre être un militaire, un religieux, peu importe. Un militaire, c'est bien. Tu te feras passer pour un militaire froid, courageux et fort. Andrew, tu seras un mensonge. Mais avec ce mensonge, Andrew est fort. Andrew est faible, mais joue au fort. Andrew est étudiant en art, mais se fait passer pour un militaire. Andrew est un rêveur, mais Andrew est surtout un menteur.

HISTOIRE : raconte-nous tout

EN UN MOT : MA VIE.




CHAPITRE 1 : THEY ALL DESERVE TO DIE.


« Plus tard, je serais un grand acteur ! ». Un petit enfant brun se déplace dans ce grand salon, son nom est Andrew et il a neuf ans. Tu es Andrew et tu agites tes petits bras dans tous les sens pour capter l'attention de tes parents, eux bien plus occupé à s'occuper de tes deux frères. Ton premier frère est un garçon grand et beau, capable de faire mannequin ou je ne sais quoi d'autre. Son physique lui apporte beaucoup, il n'en est pas à sa première copine et il a appris à vivre à travers le regard des autres. Ton deuxième frère est un enfant, intelligent et curieux qui passe son temps à étudier sérieusement et à faire le bonheur de ses parents. Toi, tu es juste un enfant capricieux qui s'agite devant ses parents en déballant ses rêves les plus fous pour attirer l'attention sur toi. Rien n'y fait, tu es un fantôme, ton corps est livide et tes paroles inaudibles. Tu es là sans être là, comme toujours. Depuis ta naissance, est-ce que tu as déjà eu la chance d'être aimé sincèrement par ta famille ? Ton père a-t-il déjà posé sa main sur le haut de ton crâne, ébouriffant tes cheveux bruns en annonçant qu'il est fier de toi ? Non, certainement pas. Tu n'étais rien et ton abjecte humiliation était de vivre dans un endroit où tu ne pourrais jamais être autre chose qu'un fantôme. Bien sûr tu pourrais sortir de chez toi et prendre ta vie en main, décidé de devenir quelqu'un, plutôt que de chercher sans cesse le regard de tes parents. Mais tu es bien trop peureux pour ça et peut-être mais pas assez intelligent. Alors, tu te plonges dans tes livres, dans ce que tu aimes, dans le théâtre. A chaque fois que tu t'amusais à interpréter ces pièces, seul dans ta chambre, tu devenais quelqu'un. La perfection de tes frères et l'admiration de tes parents sont des choses que tu ne pourras jamais avoir en restant Andrew, tu dois devenir quelqu'un.

Les années passent et tu ne trouves toujours pas de réponses à tes questions, tu as maintenant 17 ans et ta vie n'a pas décollé d'un pouce. Tu as bien eu quelques relations d'amitié avec certaines personnes, mais tout ceci n'a été qu'hypocrisie et mensonge, comme d'habitude. Avec le temps, l'enfant rêveur et artiste avait laissé place à un jeune homme aigri et en colère. Pourquoi donc t'envoyer sur cette terre pour mener cette vie ? Pourquoi la lumière de tes frères était-elle aveuglante au point de te transformer en ombre ? Bien sûr, tes parents ne t'ont pas laissé dans ton coin sans jamais essayer de t'aider. Bien sûr, tes parents ne sont pas indignes, simplement incapable d'aimer chacun de leurs enfants de la même façon. Cependant, le problème avait enflé à un point où tu ne savais plus toi-même ce que tu voulais. Tu ne savais plus toi-même qui tu étais. Les conflits avec tes parents se faisaient de plus en plus fréquents et violents, tes frères s'en amuseraient presque. Il faut bien un vilain petit canard dans chaque famille, non ? Et si tu pouvais changer quelque chose, seulement, qu'est-ce que tu changerais ? Te changer toi-même ou alors les autres ? C'est le jour de tes dix-huit ans que le dernier des conflits entre toi et ton père a fini par éclater. Ton père avait décidé de t'envoyer à l'armée pour faire de toi un homme, te transformer en quelque chose d'autre que l'immonde larve que tu étais devenu. Selon les mots de ton père - « Si tu décides d’être une sombre merde, soit. Mais je ne supporterais pas un an de plus à regarder mon propre sang devenir un autre de ces stupides rêveurs, acteurs ou musicien. Si tu souhaites devenir une raclure, tu seras une raclure. Mais seul » -. La puissance des mots. La puissance de ces mots. La puissance de ton père. Mais non, tu n’étais pas capable de changer comme ça, c’était bien trop dur. Finalement, le choix de ton père ne fut pas l’armée. Ton père a décidé de t’isoler dans un appartement minable de Londres, pour te réveiller. On te laissait une chance, mais est-ce que tu es simplement capable de saisir cette chance ?

CHAPITRE 2 : TELL YOU WHY MRS.LOVETT, TELL YOU WHY.


La puanteur de Londres. Ignoble ville pleine d’hypocrisie, que tu regardes de la fenêtre ton appartement. Ta main se pose contre la froide fenêtre qui te sépare de cette puanteur, mais ton regard transperce chaque passant. On dit bien « à chaque passant son histoire », tu essayes de deviner l’histoire des passant. Et si tu étais dans cette même foule, en bas, pourrais-tu également prétendre avoir ton histoire ? Enfermer dans ton appartement depuis déjà plusieurs mois, étais-tu incapable d’en sortir ou alors était-ce juste parce que tu n’en avais pas envie ? Depuis que tes parents t’avaient renvoyé de chez eux pour t’envoyer dans ce pathétique appartement, où ta vie n’était plus rythmé que par le bruit des goûtes d’eau qui s’échappaient de ta tuyauterie. L’intérêt que tu trouvais pour les autres personnes s’était peu à peu transformer en dégoût, tes murs pouvaient en témoigner. Si nous pouvions regarder d’un point de vue différent, je dirais que tu n’es qu’un fou qui passe ses journées à interpréter des pièces de théâtre seul chez lui. Ta barbe naissance et tes yeux fatigués en seraient même témoins. Mais non, ton problème est bien plus vieux que ce changement d’appartement et ce dégoût pour les autres. Actuellement, tu te montres comme tu as toujours été. Parle-moi Andrew, depuis quand prend tu du plaisir à laisser pousser cette immonde barbe, ces cheveux gras et depuis quand les douches sont devenu quelque chose que tu laisses au second plan ? As-tu déjà vécu jusqu’à maintenant par autre chose que par ta famille ? Jamais eu de copines ou de véritables amis. Depuis quand ta lecture est passé de Shakespeare au vulgaire marquis de Sade ?

Ce regard fuyard, mais qu’est-ce que tu cherches à fuir Andrew ? Il est vrai qu’il t’arrive de temps à autres de sortir de chez toi pour acheter de quoi manger, sans aller plus loin. Tu continues de fuir tous liens, tu refuses de d’attacher. Parfois, tu lèves les yeux au ciel et te demande ce que tu pourrais devenir. Heureux uniquement quand tu te plonges dans tes livres et quand tu joues le rôle d’autres personnes. Ton dégoût pour les autres humains ne serait pas le fait qu’ils te renvoient l’image de toi que tu déteste ? L’hypocrisie. Mais une chose avait réussi à te sortir de ta tourmente. Un petit carton noir. Depuis quand était-il là, dans ton appartement ? Toi qui ne le quitte que très rarement. Tes jambes deviennent faibles et tu tombes faiblement sur tes genoux. Lentement, tu les genoux, tu t’approches de ce carton noir et l’ouvre pour découvrir qu’on te laissait encore une chance, la chance ultime, ta chance. Tout ce qu’il te fallait était le courage de suivre les instructions, de suivre quelqu’un que tu ne connais pas. C’est à ce moment que tu finis par avoir le regard le plus important de ta vie. Un regard déterminer et sûr de lui. Ta main se pose fébrilement sur le livre que tu avais posé sur ton lit. Shakespeare. Personne ne connaissait vraiment la vie de Shakespeare avant ses pièces, peut-être était-il lui aussi un simple fantôme avant ça ? Si il était capable de devenir quelqu’un avec une pièce, alors pourquoi pas toi ? Oui, faire une pièce. La plus grande pièce de tous les temps. Ta pièce. Si tous les êtres humains sont des hypocrites, alors ils sont tous des acteurs. Et s’ils sont tous des acteurs, alors tu seras le meilleurs des acteurs pour la meilleur des pièces. Et « ceux de l’envers » seront tes acteurs.

Tu as coupé tes cheveux, raser ta barbe et pris une bonne douche. Aujourd’hui est un jour nouveau, le dernier jour d’Andrew le rêveur. Le dernier jour d’Andrew la larve. Aujourd’hui, tu vas devenir quelqu’un. Ta vie va devenir une pièce de théâtre et tu vas jouer le rôle que tu as toujours voulu avoir, le rôle qu’on a toujours voulu pour toi. Ton père voulait faire de toi un militaire ? Alors tu seras un militaire. Tu peux être qui tu veux. Tu ne prends qu’un simple sac. Dans ce sac, il y a les dernières choses qui comptent pour toi : un stylo et un livre à pages vierges. C’est dans ce livre que ta vie se passera.

Après avoir suivi les instructions de la lettre, tu te retrouves devant une porte, juste à ta taille. La main posée sur la poignée de la porte, tu hésites. Et si jamais tout ceci n’était qu’un mensonge. Peu importe, tu as eu peur beaucoup trop longtemps. Tu as passé ta vie à avoir peur. Tu ouvres la porte et tu découvres le nouveau monde qui va devenir le tien. Tes bras s’ouvrent en grand, tu embrasses l’atmosphère de ce nouveau monde. Ta pièce est dans ton sac et la scène est sous tes yeux. Tu ne peux pas empêcher tes larmes de couler le long de tes joues et de rire en même temps. Le départ de ta nouvelle vie resterons les quelques mots que tu avais réussi à murmurer – « Once upon a time.. ».


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

PSEUDO : Polys.
MESSAGES : 162
JOB : Roi d'En-Bas.

MessageSujet: Re: « L’intérêt que j’ai à croire une chose n’est pas une preuve de l’existence de cette chose. »   Sam 18 Mai - 18:35
Bienvenue Andrew ! Ton dramaturge en herbe est parfaitement construit. Peut-être qui deviendra le nouveau succès d'En-Bas, qui sait ? En tout cas tu es validé, alors n'hésite pas à aller t'amuser.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://neverwhere.forumactif.fr
 
« L’intérêt que j’ai à croire une chose n’est pas une preuve de l’existence de cette chose. »
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
∞ NEVERWHERE :: ☑ Personnages validés-